]

L’Agroforesterie


Cliquez sur la photo pour voir la vidéo .
Des essais sont en cours dans le réseau Base , allez voir chez Dominique Pilet


Définition

Outre ses qualités paysagères, qui ne doivent pas êtres négligées ne serait-ce que dans une perspective touristique, l’agroforesterie permet d’augmenter la rentabilité des terres. En effet, les arbres plantés dans une parcelle, en sollicitant une surface négligeable au sol, constituent un investissement important qui rapportera sensiblement la même somme que les cultures elle-mêmes au moment où on les abattra pour les exploiter trente ou quarante ans plus tard.

En outre, on a constaté que des associations judicieuses permettaient d’augmenter la productivité : si, au lieu de partager une parcelle en deux parties, l’une plantée de cinquante noyers, l’autre de blé d’hiver, on pratique une association des deux espèces sur la même parcelle[3], la productivité de la parcelle augmente de 50%. En effet, l’énergie du soleil qui n’est plus utilisée par le blé une fois la moisson opérée au début de l’été sera rentabilisée par l’agriculteur dans la mesure où elle permettra le développement du noyer ; inversement, lorsqu’en hiver et au début du printemps, le noyer ne dispose pas encore de feuilles, l’énergie lumineuse, qui serait perdue si les noyers étaient plantés seuls sur la parcelle, est utilisée par le blé au moment de sa croissance.

Par ailleurs, en associant des espèces de plantes différentes, les agriculteurs qui pratiquent l’agroforesterie peuvent créer des associations de plantes complémentaires, en mesure de se protéger les unes les autres contre leurs parasites et de favoriser mutuellement leur développement. De ce fait, l’utilisation d’engrais et surtout de pesticides est nécessairement beaucoup plus réduite que dans le cadre d’une agriculture intensive classique. Cependant, l’agroforesterie n’a pas nécessairement vocation à se placer dans une perspective d’agriculture biologique : elle autorise également des pratiques agricoles « conventionnelles ».

Enfin, en agroforesterie, les arbres sont plus résistants à la sécheresse car du fait des cultures en surface, ils doivent s’enraciner plus profondément et sont donc plus résistants à la chaleur. Cet enracinement profond permet de récupérer les nitrates en profondeur et donc de limiter la pollution des eaux. De plus, les arbres poussent plus vite car ils bénéficient à la fois d’engrais, d’irrigation et d’un éclairage optimal facilitant la photosynthèse.

L’agroforesterie permet également de contribuer à la biodiversité. On peut citer l’exemple de la chauve-souris qui ne peut pas chasser les insectes dans les champs classiques car l’absence d’arbre ne lui permet pas de se guider avec son système de sonar interne. Lorsqu’on plante des arbres au milieu des champs, on permet le retour des chauves-souris et donc la diminution de la prolifération des insectes. En outre, si en réinstaurant un véritable écosystème, on peut également réintroduire des nuisibles tels que limaces ou campagnols, on favorise également le retour de leurs prédateurs, ce qui limite finalement les dégâts éventuellement causés aux cultures.

La qualité des sols est également améliorée grâce à la litière formée par la chute des feuilles et le BRF que l’on peut produire à partir des tailles des arbres.

De plus, du fait de l’espacement entre les arbres (le plus souvent alignés, ce qui permet d’utiliser sans difficulté des machines agricoles), ils ne sont pas concurrents dans leur développement. De ce fait, contrairement à ce qui se pratique habituellement en sylviculture, on peut planter différentes espèces au sein d’une même parcelle, ce qui permet à la fois de ne pas perdre toute la production en cas de maladie ou d’évènements touchant une espèce particulière, et de de diversifier la production, avec des arbres arrivant à maturité à des moments différents.

Un essai est mis en place dans le réseau Base , plus précisement à Parcé dans la Sarthe , voici un lien vers le site de Fabien Liagre qui va tout vous expliquer Agroof


Voici une parcelle en Agroforesterie , on cherche à trouver le meilleur compromis entre l’arbre et la culture , qu’elles essences d’arbres ? , culture d’hiver ou de printemps ? Beaucoup de questions qui auront des réponses dans .... quelques années .


Petit arbre deviendra grand ...


Ne vous fier pas aux apparences , une forêt pousse sous ses fleurs ...


Journal Télévisé de TF1 le 13-11-2008

PDF - 135.4 ko
Avenir Agricole 31-10-08
PDF - 686.3 ko
Site de Parcé/sarthe